Le conteur

Agé de 38 ans, Chyc Polhit MAMFOUMBI a grandi à Moanda, une petite ville minière au sud du Gabon dans la région du Haut Ogooué. Son père et de l’ethnie « Punu » tandis que ma mère est « Nzabi » du clan  des « Bouyoba». Fait étrange dans un mariage de deux ethnies matriarcales, Chyc a gardé le nom d’un de ses aïeuls paternels : MAMFOUMBI, ce qui signifie en langue « Punu » : le corps que l’on pleure.

C’est une définition très élogieuse car en effet, dans la plupart des rituels animistes du Gabon, la mort et le mort occupent une place centrale. L’allégeance aux ancêtres constitue pour la quasi-totalité des tribus, depuis toujours le fondement même du dogme cathartique.

Les récits oraux,  les contes et les paroles de sagesse de ces « mamfoumbis » – ancêtres – sont parvenus jusqu’à lui intacts et chargés de leur poids symbolique. Son identité est donc intimement liée à cette fonction de conteur qui consiste à prolonger la mémoire de ces morts dans nos vies bien artificielles.

Arrivé en France en 2000, j’ai achevé mon cycle d’ingénieur. Une fois mes études « sérieuses » terminées, j’ai laissé courir ma véritable passion pour le théâtre…
C’est alors que je me suis inscris à la Faculté de Lettres où pendant deux ans, j’ai suivi des cours d’art de la scène dans le cadre d’un D.U. (Diplôme Universitaire).

Alors que nous n’étions que des étudiants, j’ai créé avec des amis une compagnie dans laquelle les arts du RECIT, de la DANSE et de la MUSIQUE se rencontraient autour du CONTE (www.philodart.com) et durant les deux premières années qui suivirent nous sillonnâmes la Lorraine pour jeter au vent les paroles puissantes de notre cœur avec pour ambition première de toucher les sensibilités particulières du public handicapé). Le conte avait alors pour moi, à plusieurs niveaux une dimension de médiation culturelle.

En 2005, j’ai participé à la JOURNEE PROFESIONELLE du Festival de conte de Chiny et voilà, ma carrière de conteur a été lancée au niveau international.

En 2009, j’ai fait un spectacle au  Zénith de Strasbourg devant plus de 10.000 personnes

 


Chyc à la télé